Irlande


Deutsch English Español Français Italiano Polski

Pauline est une étudiante belge Erasmus à Dublin, capitale de la République d'Irlande. Avec son ami Stéphane, elle se rend à Belfast, en Irlande du Nord.
Belfast est la dernière ville de l'Union européenne où des murs séparent encore différentes communautés entre elles. Depuis 1968, une guerre civile a fait rage. En Irlande du Nord, celle-ci a fait environ 3600 victimes, 47 000 personnes blessées et la région a connu 16 000 attentats à la bombe en seulement 30 ans.
Aujourd'hui, les murs dits de la "paix "divisent impitoyablement la ville en deux, avec une hauteur qui peut aller jusqu'à 7.6 mètres, représentant deux fois la hauteur du mur de Berlin.
David, qui travaille au Conseil municipal de Belfast, travaille avec l'aide du programme européen pour la paix, et soutient des volontaires de terrain comme Trevor. Trevor est protestant et encourage le dialogue entre les communautés catholiques et protestantes de Belfast-Ouest.
"Il a fallu beaucoup de temps aux gens pour réaliser, qu'à part leur différence religieuse, ils avaient les mêmes problèmes de chaque côté du mur…", conclut Trevor: "Mais parfois, les gens ne veulent pas changer».


Découvrez plus

Peintures murales

Les peintures murales d'Irlande du Nord représentent le passé de la région et ses divisions actuelles. Ils constituent un exemple exceptionnel de «propagande murale» dans le monde. Presque 2000 peintures murales ont été répertoriées en Irlande du Nord depuis les années 1970.

Programme de l'UE pour la paix et la réconciliation en Irlande du Nord et la région frontalière de l'Irlande

Le double objectif du Programme de l'UE pour la Paix, de promouvoir l'inclusion sociale et, à la fois, de tirer le meilleur parti des nouvelles opportunités pour stimuler la croissance économique et la régénération sociale et économique, a été à la base de son succès.

Les commentaires sont fermés.